Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Texte Libre

Rechercher

Archives

Pages

Catégories

Liens

15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 11:16

 

 
 

L'acteur David Carradine meurt pendant un tournage

 
 
04.06.2009, 16h42 | Mise à jour : 16h47
L'acteur américain David Carradine, héros de la série télévisée «Kung Fu» et de «Kill Bill», a été retrouvé mort à 72 ans dans sa chambre d'hôtel à Bangkok où il tournait le film «Stretch» du Français Charles de Meaux, a annoncé son producteur, la société MK2.

 

L’Acteur gé de 72 ans a été  reconnu pour ses rôles en vedette dans Kill Bill vol. 1 & 2, et le'70 's Kung Fu série télévisée où il a joué Kwai Chang Caine, moine Shaolin en fuite.

David Carradine : Il n'était pas seul au moment de sa mort... meurtre ou homicide involontaire ?

La mort de David Carradine ne peut plus être considérée comme un suicide. On avait commencé par évoquer un jeu sexuel en solo qui aurait mal tourné, mais la famille se tourne désormais vers la possibilité d'un meurtre, en tout cas d'un homicide involontaire.

Michael Baden, un expert engagé par la famille du comédien, estime que le recours à l'auto-asphyxie, afin de décupler la jouissance sexuelle, est un "jeu" qui se pratique rarement (et difficilement) seul. Surtout qu'il est quasiment impossible de se lier les mains soi-même. L'expert étudie soigneusement le mode de confection des noeuds qui, s'ils se révèlent trop compliqués, n'auront pu être réalisés que par une tierce personne. L'"accident de masturbation" se voit renvoyé au rayon des hypothèses diffciles à retenir.

Investigation, révélation et rumeurs concourent en tout cas à renforcer le portait d'un David carradine "obsédé sexuel". Son ex-femme a déclaré que l'acteur avait bel et bien des pratiques sexuelles dangereuses. Et, il y 48 heures, le patron des Plaisirs de Susie, un sex shop de Los Angeles, a confié que "David Carradine était un habitué". L'acteur venait s'approvisionner régulièrement en sex toys, mais aussi en lingerie féminine et en pièces fétichistes et sadomasochistes.

Quoi qu'il en soit, l'acteur n'a pas été agressé car rien n'indique qu'il y ait eu lutte ou tentative de se libérer des liens.

Alors, jeu sexuel avec un ou plusieurs partenaires consentants, voire avec des prostituées ? Seule l'enquête pourra apporter des éléments de réponse..

 

 

David Carradine as shown on Thai Rath Tabloid

Actualité / news

Ici, la photo n'est pas d'excellente qualité, on voit le corps de dos, et rien ne prouve à 100% que ce soit le regretté acteur de "Kill Bill" et de "Kung Fu". Un exemple : ses cheveux blancs ont viré au brun. Étrange n'est-ce pas ?

Du côté de l'enquête, la police thaïlandaise refuse de collaborer avec le FBI, malgré la demande d'Annie, la femme de l'acteur.

Après avoir interrogé les principaux témoins, la police locale privilégie la piste de "l'accident sexuel".

Difficile dans ces conditions pour la famille de faire sereinement son travail de deuil.

Actualité / news

Plus de Actualité / newsActualité / news
David Carradine : la photo du scandale !

David Carradine : la photo du scandale !

par Piervil le 10/06/2009 13:21
dans l'actualité Actualité / news de melty.fr

Le journal Thaïlandais Thai Rath a publié une photo décrite comme étant celle du corps David Carradine, décédé il y a quelques jours suite à ce qui ressemble à un jeu sexuel.

David Carradine avait 72 ans lorsqu'il est mort " de masturbation ", selon la police thaïlandaise. En effet; il se serait étranglé alors qu'il pratiquait un jeu pervers en solitaire. Après avoir retrouvé le corps sans vie de l'acteur dans sa chambre d'hôtel, le médecin légiste a pris des photos de la scène du drame. C'est une de ces photos qui se serait retrouvé à la une du plus grand quotidien thaïlandais Thai Rath, ce qui a provoqué l'indignation de la famille du comédien qui incarnait Bill dans le film Kill Bill de Quentin Tarantino.

La famille de David Carradine se dit " profondément perturbée " par cette publication sordide. Déjà que David Carradine aura une autopsie de luxe pour dissiper les doutes de ses proches sur les causes de son décès, il est compréhensible que ces derniers soient choqués par cette photo que l'on peut désormais voir sur de nombreux sites internet. Qu'il soit mort dans une position délicate ou non, cela valait-il le coup d'en publier la photo en première pages ? Je vous laisse en juger. Si le cœur vous en dit la photo est sur le site suisse de 20 minutes, le corps dénudé et flouté ainsi que la supposée tête de l'acteur.

Le décès de David Carradine : accident ou suicide ?

samedi 13 juin 2009, par redaction



Le décès de David Carradine : mort par pendaison

La tragédie est survenue dans la nuit du 3 au 4 juin 2009. Le corps de l’acteur a été découvert, par une femme de chambre, nu avec une corde au cou. Cela s’est produit dans une chambre de l’hôtel Nai Lert Park, à Bangkok, capitale de la Thaïlande. Sa présence dans le pays est due au fait qu’il était encore en plein tournage du film « Stretch », prévu de sortir cette année.

D’emblée, la majorité de ceux qui ont constaté de visu la tragédie ont tous abouti à la conclusion selon laquelle l’acteur s’est suicidé. La première enquête policière confirme également l’absence de traces de lutte. Ceci a contribué à corroborer cette hypothèse.

Le décès de David Carradine : son manager infirme l’hypothèse du suicide

L’agent de David Carradine est une des premières personnes à avoir confirmé la mort de l’acteur américain. Pourtant, il refuse de croire à l’hypothèse du suicide. Aussi, il a confié au site TMZ que l’acteur n’aurait jamais pris la décision de se suicider et qu’il s’agit surtout d’une mort accidentelle survenue à la suite d’un jeu sexuel. Un policier a même confirmé au journal anglais The Sun qu’une corde était attachée à son cou mais également à son pénis.

Le verdict semble définitif. Pourtant, l’enquête menée par la police va encore se poursuivre afin d’apaiser les esprits inquiets. Quoi qu’il en soit, il faut savoir que David Carradine était un grand acteur. L’essentiel n’est pas vraiment de savoir comment il est mort mais plutôt comment il a vécu. Le public se souvient surtout de lui à travers le personnage de Kwaï Chang Caine dans la série « Kung Fu » des années 70 mais également de sa prestation dans le film « Kill Bill » de Quentin Tarantino, où il joue le rôle du méchant. L’acteur avait 72 ans.

 

 

 

David Carradine est né le 08 décembre 1936 0 Hollywood , le fils de l'acteur John Carradine et le demi-frère de l'acteur Keith Carradine et de Robert Carradine.

 

Il se maria à cinq reprises : avec Donna Lee Becht de 1960 à 1968, avec Linda Gilbert de 1977 à 1983, avec Gail Jensen en 1988, avec Marina Anderson de 1998 à 2001 et enfin avec Annie Bierman en 2004 [2]. Il a eu deux filles[3], Calista et Kansas, avec ses deux premières épouses, et un fils, Free, avec Barbara Hershey avec qui il a vécu de 1969 à 1975.

Il est mort dans la nuit du 3 au 4 juin 2009, à l'âge de 72 ans, à Bangkok en Thailande, alors qu'il participait au tournage du film Stretch du réalisateur français Charles de Meaux[1]. Il a été retrouvé pendu dans sa chambre de l'hôtel Nai Lert Park. Après avoir suggéré un suicide, les derniers éléments font apparaître une mort accidentelle due à un jeu sexuel qui aurait mal tourné [4]. Selon l'experte légiste, il est mort d'un « accident auto-érotique »[5]. Le journal Le Monde, citant la police thaïlandaise, revient sur la thèse du suicide. Il restait à David Carradine trois jours de tournage pour le film de Charles de Meaux[6].

 

Des centaines de personnes aux obsèques de David carradine

La police ne croit pas à son suicide

Plus de 400 personnes endeuillées, dont de nombreux acteurs, ont participé sous un ciel sombre aux funérailles privées de l'acteur David Carradine, samedi après-midi en Californie.

Le frère de l'acteur, Keith Carradine, son ami de longue date, Michael Madsen, et sa co-star dans "Kill Bill", Lucy Liu, Jane Seymour, Frances Fisher, Tom Selleck et Edward James Olmos, ont tenu parmi d'autres anonymes à rendre hommage à l'acteur qui avait incarné "Kung Fu" dans une série des années 1970. Carradine avait participé à une centaine de films.

L'acteur de 72 ans a été retrouvé pendu dans une chambre d'hôtel de Bangkok le 4 juin. Les autorités thaïlandaises continuent à rechercher les causes de sa mort. Un médecin pathologiste exerçant à titre privé a exclu jeudi qu'il puisse s'agir d'un suicide. AP

La famille de David Carradine et plus de 400 personnes, dont de nombreux acteurs, ont rendu un dernier hommage à l'acteur américain dont les obsèques ont été célébrées samedi après-midi au cimetière de Forest Lawn-Hollywood Hills à Los Angeles.


Des centaines de personnes aux obsèques de David carradine

 

David Carradine, sa dernière apparition dans Mental

David Carradine, sa dernière apparition dans Mental
cliquer sur l'image pour agrandir

La Fox a diffusé hier soir un épisode de « Mental»  où David Carradine, décédé récemment, jouait le rôle d’un patient.


David Carradine récemment décédé, a joué dans un épisode de "Mental", la nouvelle série de Fox.

La chaîne a diffusé hier soir, l’épisode où l’on pouvait voir l’acteur.

Il incarnait Gideon Graham, un professeur, auteur et philosophe rendu infirme après avoir été frappé par la foudre.

La Fox a fait suivre cette diffusion d’un hommage posthume à l’acteur de Kung Fu.

Regarder David Carradine dans Mental :

Les Tags:

 

De l'art martial au septième art

HOMMAGE A DAVID CARRADINE

Partager  Partager sur Google Partager sur MySpace Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Wikio Partager sur Viadeo Partager sur Technorati Partager sur Del.Icio.Us Partager sur Digg 


David Carradine a été retrouvé pendu dans sa chambre d'hôtel à Bangkok le 4 juin dernier. Un décès soudain, pour un acteur que le cinéma commençait à peine à réhabiliter. Personnage prétexte de la folie destructrice de Black Mamba dans 'Kill Bill', mais aussi héros implacable de la série 'Kung Fu', le comédien incarne la jonction des arts martiaux et de l'audiovisuel, à l'instar des Bruce Lee, Jackie Chan et autre Chuck Norris.


Pour son hommage au cinéma de la blaxploitation de 1997, 'Jackie Brown', c'est tout naturellement que Quentin Tarantino avait engagé la sulfureuse Pam Grier, icône de cette époque. De la même façon, on retrouvait David Carradine à l'affiche du diptyque 'Kill Bill' dans le rôle de l'homme à abattre, Bill. Quoi de plus logique dans un film qui joue sans cesse avec les codes des films asiatiques (en particulier le wu xia-pan chinois et le chambara japonais (1)) ou ceux des westerns de série B (de Sergio Leone aux films de drive-in) que d'employer en patriarche d'une bande de tueurs l'un des emblèmes du cinéma de genre, dans son acception virile ? Preuve en est, il incarne l'un des rôles de sa vie dans la série télévisée 'Kung Fu', avec le personnage de Caine, sorte de cow-boy errant rompu à la pratique de l'art martial. Retour sur cette grande figure des années 1970 : le premier shaolin cow-boy de l'histoire.


Odyssée des grands espaces

Un cow-boy solitaire marche dans les dunes, le visage buriné par le vent, le sable et le soleil. On retrouve dans les premiers plans du pilote de 'Kung Fu' les traits caractéristiques du bon vieux western, genre usé jusqu'à la moelle. Dès la deuxième scène, le héros voit son passé de moine shaolin retracé. L'intrigue de la série ressemble soudain davantage à 'Shangaï Kid' qu'à John Ford. Jouant sur le décalage entre Ouest sauvage et spiritualité orientale, Carradine impose d'épisode en épisode une allure nouvelle, à mille lieues du volontarisme d'un John Wayne ou de la désinvolture d'un Clint Eastwood. Imperturbable et taciturne, le héros part à la recherche de ses racines américaines, et se confronte à la violence de la société. Mais jamais Caine ne l'accepte. Luttant contre la loi du talion, le racisme et l'injustice, il traverse l'Amérique profonde de la fin du XIXe siècle.


Coup de pied dans la sierra

Une ombre plane sur Carradine et la série 'Kung Fu'. Celle d'un maître des arts martiaux, Bruce Lee. La petite histoire raconte que c'est l'action hero asiatique qui serait à l'origine du programme. Une paternité qui reste malgré tout assez floue. En revanche, il est certain que Bruce Lee a été un temps pressenti pour incarner Caine. Mais la présence d'un acteur chinois en tête d'affiche à la télévision américaine avait rendu les producteurs de l'époque plutôt frileux. De ce fait, David Carradine s'est finalement imposé comme un choix bien plus consensuel, restant dans les mémoires comme l'interprète emblématique de la série : la démocratisation des arts martiaux orientaux sur les écrans lui doit beaucoup. Avec lui, la forme même du western, alors plus que crépusculaire, prend des accents orientaux. C'est l'ère du western "chop suey" avec 'Mon nom est Shangaï Joe' ou 'La Brute, le Colt et le karaté'. L'aura internationale de son personnage permet à Carradine de devenir un ambassadeur d'une culture ancestrale. Au début des années 1990, il retrouve le Tao et le combat à main nue dans 'Kung Fu : la légende continue', où il incarne le petit-fils de son personnage initial dans les rues des villes modernes.


Kung Fu lambda

David Carradine aura marqué la télévision des années 1970, à défaut du cinéma. Si l'on peut dénombrer dans sa carrière des apparitions chez Scorsese ('Bertha Boxcar', un des premiers films du maître, et une apparition dans 'Mean Streets') ou, plus étonnamment, chez Bergman ('L'Oeuf du serpent', oeuvre sur le proto-nazisme et la surveillance), c'est bien par le cinéma d'exploitation que Carradine conquiert ses aficionados. Avec 'La Course à la mort de l'an 2000' ou 'Cannonball', l'acteur visite un genre à la mode, le film automobile. Dans les années 1980, l'ancienne vedette du petit écran perd de plus en plus sa popularité et replonge dans des éléments qui ont jalonné sa vie privée, entre drogue et alcool. Cantonné durant la période qui suit à des apparitions clins d'oeil, il va donner au cinéma ultra-référentiel de Quentin Tarantino l'un de ses personnages cultes. Initialement dédié à Warren Beatty, le rôle de Bill dans 'Kill Bill' lui revient finalement. Un personnage qui semble écrit pour lui : à bien des égards, le vieux Bill apparaît comme une réincarnation du jeune Caine : un vieux cow-boy fatigué doublé d'un père de famille modèle aux instincts guerriers à peine enfouis. Le film se clôt par un magnifique chant du cygne orchestré par la musique d'Ennio Morricone. Sans peine, on rapprochera le héraut du cinéma d'art martial des années 1970 de l'antihéros dans l'hommage rendu au genre dans les années 2000. Preuve que Carradine aura malgré les dents de scie traversé les époques. Il aura su pratiquer son art au premier et au second degré. Peu d'autres peuvent en dire autant…




Il a fallu attendre que Tarantino le remette sur le devant de la scène dans son "Kill Bill" pour qu’on se souvienne enfin que David Carradine était un excellent acteur. Parce qu’il faut bien avouer que le héros de "Kung Fu" a enquillé un nombre tellement incommensurable de nanars flamboyants et de bouses honteuses qu’on avait fini par oublier à quel point ce type pouvait être (bien dirigé) une véritable boule de charisme.



Né à Los Angeles le 8 décembre 1936, David est le fils de la star du cinéma d'horreur John Carradine (251 films au compteur des années 30 à 90). Il en a hérité la haute taille, le profil effilé et surtout le prénom puisque David s’appelle en réalité John Author (ou Arthur) Carradine. Il prendra le prénom de David pour la scène. La famille forme une véritable fratrie avec son demi-frère Michael Bowen et ses deux petits frères Keith et Robert. Vivant à Hollywood, ils se tourneront naturellement vers la scène à la première occasion.



David est d’abord intéressé par la musique, mais ses résultats scolaires sont médiocres et ses espoirs de conservatoire s’envolent. Etudiant turbulent, il fréquente quelque temps les communautés hippies de Californie puis, après son service militaire, se tourne vers le théâtre et le cinéma tout en travaillant dans une brasserie pour gagner sa croûte. C’est aussi l’époque où il commence à expérimenter le LSD et les arts martiaux. Il joue un temps à Broadway puis obtient quelques participations dans des séries télés (surtout des westerns, où son physique longiligne fait merveille pour les rôles de tueurs inquiétants). Son premier grand rôle arrive avec "Boxcar Bertha", le premier film que Martin Scorcese tourne pour Roger Corman. Il y incarne un jeune vagabond qui va porter assistance aux pensionnaires d’un cirque itinérant martyrisé par un directeur incarné par son père, John Carradine. Le premier rôle féminin est tenu par sa petite amie du moment, Barbara Hershey.



Il va vivre quelque temps avec Barbara Hershey dans une atmosphère gentiment baba cool. C’est ainsi qu’ils appelleront leur premier enfant « Free » (bon, ils le renommeront Tom par la suite), de même Barbara prendra le nom de scène de Barbara Seagull après avoir tué accidentellement un goéland… Toute une époque.

Le succès va venir par la télévision lorsqu’il obtient, grâce à sa connaissance des arts martiaux, le rôle de Caine dans la série "Kung Fu". Il est préféré à Bruce Lee qui est pourtant à l’initiative de la série. En effet, les producteurs, frileux à l’idée de lancer une série mettant en avant un Chinois, veulent minimiser les risques en prenant un acteur blanc pour le rôle principal. Le rôle du « Petit scarabée » (Grasshopper = "sauterelle" en VO) sera à jamais sa carte de visite, même s’il ne tourne que deux saisons.



La fin de la série en 74 laisse Carradine avec une véritable notoriété qu’il emploie en s’investissant dans les séries B de ses amis Paul Bartel et Roger Corman, papes du petit budget pour drive-in, mais aussi dans des projets plus difficiles. Il fait une apparition dans "Le Privé" d’Altman, ou avec son frère Keith dans "Mean Street" de Scorcese. Encore sélectif, il choisit des rôles peu évidents et tourne ainsi auprès d’Ingmar Bergman, dans "L’œuf du serpent", ou incarne le chanteur folk Woodie Guthrie pendant la grande dépression, dans "En route pour la gloire" (rôle qui lui vaut une nomination aux Golden Globes). Malgré de bonnes critiques, ces films ne rencontrent pas le succès public.



"Kung Fu" lui a apporté une rapide notoriété, mais l’a marqué tant spirituellement que professionnellement. C’est ainsi qu’à la mort de Bruce Lee en 78, il se sent émotionnellement investi par l’esprit du Petit Dragon et produit un scénario que celui-ci a écrit avec James Coburn et Stirling Stilliphant (scénariste renommé, auteur entre autre du script de "La Tour Infernale"). C’est le délirant "Le Cercle de fer" où David incarne pas moins de 4 rôles et tente au travers d’un conte initiatique mâtiné d’héroïc fantasy de convoquer l’âme des arts martiaux et la philosophie de Bruce Lee. Ce film assez fou (qui possède encore quelques fans) où il entraîne Christopher Lee et Roddy Macdowell est un four financier.



Il est encore à son top lorsqu’il tourne le western "Le gang des frères James" pour Walter Hill sur l’épopée de Jessie James. Détail amusant dans cette histoire de gangs familiaux : les deux frères James sont joués par James et Stacy Keach, les trois frères Carradine incarnant eux les trois frangins Miller. Puis c’est le grand projet "Americana" que David réalise, monte, interprète et met en musique. Il retrouve Barbara Hershey pour ce film très personnel autour d’un thème qui lui tient à cœur : un vétéran du Viêt-nam, vagabond taciturne au grand cœur, tente de s’intégrer dans une petite communauté rurale qui le regarde avec méfiance.



La fin des années 70 est aussi l’époque où Carradine s’enfonce de plus en plus dans la dépendance aux drogues et à l’alcool. Ses nombreuses histoires amoureuses n’améliorent ni sa stabilité, ni ses finances. Il tourne de plus en plus pour subvenir à ses besoins.



Il commence par des séries B totalement jouissives signées Paul Bartel ou Larry Cohen. Il devient ainsi l’un des spécialistes (avec Burt Reynolds) du film de courses automobiles avec "Les Seigneurs de la route" aux côtés de Sylvester Stallone, "Cannonball", "Un Cocktail explosif" avec Kate Jackson sur une intrigue à la "Shériff fait moi peur" ou encore "Safari 3000" dans lequel il traverse l’Afrique en affrontant Christopher Lee.


"Cannonball" version DVD...


...et version VHS française, avec un visuel qu'on croirait gribouillé à la va vite avec des Crayolas.





David incarne l'énigmatique pilote Frankenstein dans l'excellent " Les Seigneurs de la route / La Course à la mort de l'an 2000 "


Il aligne quelques bonnes séries B d’action, comme le film de sous-marin "Sauvez le Neptune" avec Charlton Heston et un Christopher Reeve débutant. Il traque un monstre ailé terrorisant New York aux côtés de Richard Roundtree dans "Epouvante sur New York" de l’énergique Larry Cohen. On le voit encore affronter un Chuck Norris déjà statufié dans son rôle de justicier monolithique dans "Œil pour oeil". Il fait dans le même temps pas mal d’apparitions dans des séries télé, comme "Nord et Sud" ou un téléfilm issu de "Kung Fu" dans lequel il forme son fils incarné par… Brandon Lee ! On le verra même invité sur "Largo Winch" ou "Sauf votre respect", une série française adaptant des romans de James Hadley Chase autour du personnage de Tom Lepski, incarné par Michael Brandon. Il y côtoie des pointures comme Arielle Dombasle et Guy Marchand sur un scénario de Sergio Gobbi ! Excusez du peu !






David Carradine en femme dans le très étrange "Sonny Boy", qui jouit d'une réputation de film culte et déviant.


A partir du milieu des années 80, on le voit s’encanailler dans des productions de plus en plus bas de gamme, sa participation se réduisant souvent à un simple caméo, le temps de garnir de son nom encore vendeur la jaquette de productions foireuses. C’est Roger Corman qui lui fournit de plus en plus ses rôles. Il va ainsi jouer les Conan du pauvre pour "Kaine le mercenaire"...





...mais c'est surtout aux Philippines qu'on va le retrouver, pays où le patron de New Concorde délocalise ses productions auprès de Cirio H. Santiago pour des naseries du style "Dune Warriors", post nuke minable où on le sent guère concerné par ce qui se passe ou encore "Kill Zone" et "Field of Fire", via lesquels il nous refait "Portés disparus" à lui tout seul. Etablir la liste de tous ces films où cachetonne David revient à dresser un gigantesque catalogue des actionners ricains fauchés pour vidéo clubs, qui pullulaient à cette époque... Des titres comme "Crime Zone", "Future Force", "Crime of Crimes" sont suffisamment évocateurs pour qu’il n'y ait guère besoin d’insister.


Les jaquettes québécoises de Future Force (C.O.P.S. en France) et Future Zone





Dans le post-nuke philippin "Dune Warriors", David attend que ça se passe


En parallèle, David cultive d’autres activités. Il chante et enregistre plusieurs disques de folk, lance des cassettes de taï-chi et d’arts martiaux. Mais le visage creusé, bouffi par l’abus de drogues et d’alcool, il aborde les années 90 avec difficulté. Il est même condamné à des travaux d’intérêt généraux en 89 pour conduite en état d’ivresse. Neuf films tournés en 91, huit en 92 : David cachetonne. Il s'agit la plupart du temps d'apparitions dans des téléfilms ou des direct-to-video, rarement bons. Il obtient encore le rôle d’un tueur impitoyable dans "Comme un oiseau sur la branche" de John Badham avec Mel Gibson et Goldie Hawn, une des rares grosses productions de sa carrière, à cette époque. La télévision ne l’a pas oublié, loin s’en faut, puisqu’il retourne une nouvelle série "Kung Fu" dans les années 90 et qu’il continue à jouer les vedettes invitées au détour d’une série ou d’un sitcom.



Pendant toutes les années 90, il continue à tourner frénétiquement à peu près n’importe quoi. Western, épouvante, action… Très souvent il sert de caution à des films de kickboxing et croise ainsi Ron Marchini dans "Dragon Cop" (alias "Karate Cop"), Gary Daniels ("Capital Punishment"), Cynthia Rothrock ou Chad (fils de Steve) Mc Queen ("La Loi des arts martiaux"). Il accumule les cameos et fait par exemple un petit coucou à Jackie Chan sur "Thunderbolt". Il aligne les films, généralement minables, pour moult stakhanovistes de la série B : le tâcheron Fred Olen Ray dans "Armés pour répondre" avec un Lee Van Cleef encore plus fatigué que lui ou "Qui à peur du diable ?", où il affronte des personnages de dessins-animés pour profiter du succès de "Roger Rabbit".




Egalement le Suédois fou Mats Helge, qui tourne habituellement des westerns et des films de ninja du côté de Stockholm et semble bénéficier d’un statut quasiment culte dans son pays ("Animal Protector" et "Fatal Secret"). Il joue encore les seconds rôles invités dans les polars cochons de Gregory Dark qui deviendra par la suite un des pornographes les plus renommé de la scène californienne ("Animal Instinct"). On le retrouve même en 2000 devant la caméra de Jean-Marie Pallardy pour son "Femmes ou Maîtresses" et celle de Fred Williamson pour "Down and Dirty" (avec Fredo, Gary Busey, Sam Jones, Charles Napier, bref une belle volée de has been).


David dans "Femmes ou maîtresses" (The Donor, 2000)


Il faut dire aussi que David a d’autres sujets de préoccupation que la qualité de ses films. D’abord sortir de la dépendance à la drogue et à l’alcool, ce qu’il fait non sans difficulté. Puis la musique (il chante et sort plusieurs disques de country-folk) ainsi que la peinture et la sculpture, ses nouvelles passions. Il écrit des livres de philosophie chinoise et rédige son autobiographie, "Endless Highway", où il fait le point sur ses addictions. Il fait aussi du doublage pour des dessins-animés et continue ses cassettes de taï chi.




Autant dire qu'il est presque oublié de tous lorsque Quentin Tarantino en fait l’ignoble Bill, le charmeur de serpents de son "Kill Bill". Sa prestation impeccable rappelle à tous l’acteur de talent qu’il peut être quand il est employé à sa juste valeur.



Cela signifie t-il un retour au premier plan pour l'acteur ? Ma foi, David s’investit dans des petits films indépendants comme "American Reel" sur un chanteur de folk… mais également sur "Max Havoc and the Curse of the dragon" de l’ineffable Albert Pyun ("Cyborg", "Nemesis"), film nous narrant les aventures d’un photographe kickboxer face aux yakuzas ! En fait, il continue à apparaître dans un nombre hallucinant de projets: 8 films en 2008, 14 films pour la plupart en tournage ou pas encore sortis en 2009 ! La plupart du temps des apparitions qui relévent du clin d'oeil comme ce vieillard chinois, libidineux et quasi momifié qui dirige la triade qu'affronte Jason Statham dans l'hallucinant HyperTension 2.


David jouant et réalisant des épisodes de la sitcom pour ados Lizzie McGuire


C'est pourquoi nous avions presque fini par le croire immortel. C'est donc avec surprise et tristesse que nous avons appris sa mort le 4 juin 2009 dans un hôtel de Bangkok alors qu'il tournait Stretch du français Charles de Meaux dans des circonstances nébuleuses mais semble t-il accidentelles.

Adieu donc à celui qui restera pour toujours Caine "le petit scarabée" dans la mémoire collective des téléspectateurs et pour nous cette silhouette longiligne qui illuminait de son sourire entendu, même dans les pires désastres, tant de séries Z qu'il traversait avec classe et nonchalance...


Partager cet article

Repost 0
Published by aquarium
commenter cet article

commentaires